Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog


choeurs célèbres d'opéras 2015 par geynet

 

Le Choeur est à la recherche d'hommes pour les pupitres de basses et ténors.

Les débutants sont acceptés.

Vous serez les bienvenus pour des informations tél : 0650046365 ou 0681666356

 

Blog Choeur

  • : Le blog de méli mélo choeur de Saint-Just
  • Le blog de méli mélo choeur de Saint-Just
  • : Chanter dans la joie et la bonne humeur est notre devise. Nous avons une année pleine de projets.
  • Contact

  • méli mélo
  • choeur bien sympathique du sud de la France
  • choeur bien sympathique du sud de la France

Recherche

/ / /

 

"Lascia ch'io pianga"




Cliquer sur l'image
pour télécharger le texte du chant
 

"Renaud et Armide"
de François Boucher



À noter
Les paroles écrites les plus référencées et chantées pour le vers suivant sont "Mia cruda sorte" mais il existe aussi la variante "la cruda sorte", moins fréquente. Votre version chantée comporte le vers "la dura sorte", mais nullement écrite dans tous les livrets d'opéra. Il a été dit que"la dura sorte" serait une "erreur" de la part de Cecilia Bartoli au cours d'un récital et qui a été reprise essentiellement par des chorales. La partition arrangée pour choeur daterait peut-être de cet incident d'interprétation.
 


 
Cliquer sur le logo
pour
accéder au site
dela partition et des fichiers MIDI par pupitre



Traduction du texte en français

Laissez-moi pleurer 
sort cruel qui est le mien,
Et aspirer à la liberté
Puisse le chagrin briser ces chaînes
De ma souffrance, par pitié.



                  
    Télécharger le texte              Télécharger le livret complet
                  avec l'accentuation tonique       Aria "Lascia ch'io pianga" 
                       
et la prononciation                                 page 10

                        




G.F Haendel

Georg Friedrich Haendel ou Händel (ou George Frideric Handel comme il l'écrivait lui-même) est né le 23 février 1685 à Halle en Allemagne. Il est mort le 14 avril 1759 à Londres en Angleterre. Son père chirurgien-barbier rêvait pour son fils d'une carrière de juriste. Mais l'enfant avait des prédispositions certaines pour la musique encouragées par sa mère et sa tante. Bien malgré lui, le père fit donner des cours à son fils avec l'organiste Zachow, qui lui inculqua une éducation musicale complète avec l'apprentissage de l'orgue, du violon, du clavecin et du hautbois. Haendel commencça assez tôt à composer des oeuvres vocales et instrumentales. Après un séjour à Berlin où l'Electeur Frédéric II de Brandebourg le remarqua, il retourne à Halle auprès de son père qui est mourant. Afin de respecter les volontés du défunt il entame des études de juriste tout en continuant sa pratique musicale. Plus tard il s'installe à Hambourg et se lie d'amitié avec le chef de l'opéra de la ville et lequel il devient le claveciniste de l'orchestre. C'est ici que Haendel découvre l'opéra italien et côtoie des diplomates anglais. À l'appel d'un membre de la famille Medicis il part pour l'Italie et y séjourne 3 ans.  Il se fait une réputation d'instrumentiste virtuose (orgue, clavecin et violon) et fréquente les grands composieurs de l'époque comme Corelli ou Scarlatti qu'il défie avec une joute musicale au clavecin. Il quitte l'Italie pour Hanovre où il est maître de chapelle de l'Electeur Georges-Louis. Après plusieurs escapades à Londres il quitte son emploi avec l'excuse d'un congé pour s'établir en Angleterre. L'électeur Georges-Louis devient roi d'Angleterre par sa filiation avec les Stuart. Il gagne donc Londres pour occuper son trône et retrouve Haendel. Nullement rancunier le roi lui conserve son poste de maître de chapelle et sa pension. Depuis Purcell aucun compositeur de musique n'avait brillé à Londre et bien décidé à monter ses opéras à Londres il fonde une académie à travers laquelle il crée plusieurs opéras. Cependant les moyens financiers sont difficiles à réunir et il doit la fermer mais quelques temps plus tard il ouvre deux autres académies. La concurrence étrangère avec Hasse, Porpora ou Bononcini n'arrange pas les choses mais il tient bon. Haendel commence à s'intéresser aux oratorios puis aux concertos qui rencontrent beaucoup de succès. Son oeuvre la plus populaire est sans doute "La Musique pour les feux d'artifice royaux" (Music for the Royal Fireworks) qui célébrait le traité de paix de la guerre de succession d'Autriche. Cette musique du type de l'école versaillaise jouée en plein air, couronne la carrière de Haendel. Plusieurs fois atteint par des attaques il réussissait toujours à surmonter sa mauvaise santé mais une 3° attaque, fatale cette fois, le laissa aveugle et paralysé. Il s'éteignit le jour du samedi saint 1759 et est inhumé dans l'Abbaye Westminster selon ses voeux.


Pierre tombale du compositeur

Haendel réalisa une œuvre magistrale qui synthétise les traditions musicales de l'Allemagne, de l'Italie, de la France et de l'Angleterre. Organiste et claveciniste virtuose, Haendel est connu grâce à des oeuvres multiples comme l'oratorio Le Messie, ses concertos pour orgue et concertos grossos, ses suites pour le clavecin, ses musiques de plein air;  Water Music et Musique pour les feux d'artifice royaux ... Durant plus de 35 ans Haendel se consacra essentiellement à l'opéra en italien (40 partitions et plus d'opéra seria). Il représente la facette la plus brillante de la musique baroque.

Plusieurs graphies du nom du compositeur sont possibles: en allemand, Händel peut aussi s'écrire Haendel (orthographe usitée en français).  L'artiste l'écrivait sans tréma après son installation à Londres: Handel (forme usitée par les anglophones).



L'opéra Rinaldo

Rinaldo fut le tout premier opéra de Haendel. Il a été monté et présenté le 24 février 1711 au Queen's Theatre de Londres. On a dit que le compositeur l'avait écrit en 15 jours. Le succès de cet opéra est un ensemble de plusieurs éléments comme l'engagement de castrats italiens, vedettes incontournables de l'époque, les costumes somptueux créés tout spécialement et les effets visuels fantastiques des machineries. 

 Le livret de Giacomo Rossi est tiré d'un épisode de "La Jérusalem délivrée": Renaud et Armide dont l'histoire est située au temps des croisades, à Jerusalem, où la belle Armide (une magicienne) séduit à dessein des chevaliers en feignant de pleurer sur son sort. Dupes et naïfs ils la suivent et sont prisonniers de ses sortilèges dans une forêt enchantée. 
Renaud ou Rinaldo est l'un des chevaliers qui succombe au charme d'Armide qui lui fera oublier peu à peu la vie réelle. Il sera délivré plus tard de son envoûtement au prix de nombreux combats.

Cet épisode de l'oeuvre du Tasse et complété par des textes de l'Arioste et de quelques ré-utilisations/ adaptations d'œuvres antérieures comme Agrippina, Aci, Galateo e Polifemo, Rodrigo etc... Le livret final fait de Rinaldo une farce comique où se côtoient la musique dite sérieuse, la musique fantastique et féérique, les scènes comiques et héroïques. L'histoire de Rinaldo est complexe, parfois sans queue ni tête, mais elle peut être résumée comme une sombre histoire d'amour sur fond de bataille et de magie avec des êtres surnaturels comme les dragons et les sirènes, le tout baignant dans l'univers du merveilleux chrétien. Le succès de Rinaldo fut immédiat et continu avec 
quinze représentations en trois mois. Cet opéra donnera naissance à beaucoup d'avatars d'autres compositeurs moins inspirés. Les airs "Cara sposa" ou "Lascia ch'io pianga" sont encore aujourd'hui les tubes inoxydables de cet opéra.

"Lascia ch'io pianga" est l'aria (ou la plainte) d'Almirena, enfermée par Armide dans son royaume magique afin d'empêcher son mariage avec Rinaldo...

À noter que "Lascia ch'io pianga" est une réutilisation de l'aria "Lascia la spina" qui fait partie de l'oratorio "Il Trionfo del tempo e del disinganno" daté de 1707. Ce ré-emploi musical était habituel dans les opéras; Vivaldi en usait couramment.
 
 
LE TOURDION/ Le tourdion

 

 

4VM

Partager cette page

Repost 0
Published by

Chants Année 2016/2017 De 01 --> 17

Nouvelles des uns & des autres